• Saül le prit très mal et fut très irrité

    La victoire de David sur Goliath n’a pas fait que des heureux. Certes, les gens de son peuple se sont sentis formidablement soulagés. Mais leur reconnaissance envers David a creusé entre ce dernier et le roi un fossé étrange, celui de l’envie !

  • Toute la terre saura qu’il y a un Dieu pour Israël…

    Le combat de David contre Goliath est connu de tous. Le petit, par son courage, son audace et sa foi vient à bout du colosse dans lequel toute l’armée ennemie avait mis son espoir.

  • Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté

    Lorsque Dieu décida de remplacer le roi Saül, en raison de ses désobéissances, il envoya Samuel à Bethléem en lui disant : « Je t’envoie chez Jessé de Bethléem, car j’ai découvert un roi parmi ses fils. » Et voilà que le prophète rencontre l’aîné des garçons.

  • Aucun fils d’Israël n’était plus beau que Saül…

    L’histoire suit son cours. Dieu a accepté qu’Israël devienne un Royaume et il agit en conséquence. Etrangement, le texte donne à penser que Dieu conduit même l’établissement d’un roi en Israël, puisqu’il choisit Saül pour cette tâche. Qu’est-ce que cela veut dire ? Que Dieu prépare la chute en choisissant quelqu’un qui va le décevoir ? Certes pas. Il choisit celui qu’il pense être le meilleur. Et de fait, Saül a de nombreuses qualités de leader.

  • Le Seigneur lui répondit : Donne satisfaction au peuple pour tout ce qu’il demande

    La vieillesse de Samuel correspondait à la montée en puissance des Philistins, ennemis mortels du peuple de Dieu. On comprend que face à la menace philistine et à la disparition de l’excellent juge Samuel, beaucoup en Israël aient pensé à une nouvelle organisation politique, plus centralisée, celle d’un royaume.

  • Les Philistins livrèrent bataille, Israël fut battu et chacun s’enfuit dans sa tente

    Nous arrivons ici à un des grands tournants de l’histoire d’Israël. Les tribus du peuple de Dieu installées par Josué dans la Terre promise sont toujours restées autonomes.

  • Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait 

    Nous avons ici un beau récit de vocation et de prière. Je note trois leçons pour aujourd’hui. Tout d’abord, celle de reconnaitre que notre Dieu nous parle. Plus intérieur à nous-mêmes que nous-mêmes, disait Saint Augustin, son plus profond désir est d’entrer dans une relation interpersonnelle avec nous, dont le dialogue est la forme, car c’est la forme évidente de l’amitié et de l’amour dans l’existence humaine. La prière est dialogue, parce que la prière est l’expression de l’amour.

  • Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver

    Le baptême de Jésus clôt « le temps de Noël », ouvert liturgiquement par la naissance de Jésus, dans la nuit de Noël. Il est en même temps situé par le plus grand monde au moment où s’échangent les vœux du Nouvel An entre les personnes.

  • Debout, Jérusalem !

    La fête de l’Epiphanie est la fête de la manifestation (« épiphanie », en grec) de l’Enfant Jésus aux nations. Les nations sont représentées par les mages, dont la Bible ne donne ni le nombre ni le nom, mais seulement les cadeaux. Peut-être la tradition, qui a comblé ces vides, limite le nombre à trois pour le fait que les cadeaux étaient trois : l’encens, l’or et la myrrhe. D’où viennent-ils ? De l’Orient. Comment ont-ils été avertis ? Par l’Etoile. Comment sont-ils arrivés à Bethléem ? Grâce aux prêtres de Jérusalem.

  • Bien-aimés, qui donc est vainqueur du monde ?

    La lettre de Jean s’achève sur la confiance renouvelée que celui qui croit au Christ est vainqueur et ne peut rien craindre dans ce monde. Oui, le monde peut par moment paraître terrifiant et déprimant, mais nous savons que le Christ est vainqueur du monde : « Je vous ai parlé ainsi pour que vous ayez la paix en moi, car, dans le monde, vous connaîtrez la persécution. Mais courage : j’ai vaincu le monde ! » (Jean 16,33).

  • Ne soyez pas étonnés, frères, si le monde a de la haine contre vous

    L’amour est le secret de la révélation de Dieu dans sa Parole faite Chair, le Christ Jésus. Et l’amour qu’il a pour nous a fait de nous des fils avec le Christ, frères du Christ, et, par le fait même, frères et sœurs les uns des autres. La formule de Jean est bien instructive : « nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons nos frères ! »

  • Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : ‘Voici l’Agneau de Dieu

    La mission de Jean-Baptiste s’accomplit lorsque les gens qu’il a rassemblés autour de lui le quittent pour suivre le Seigneur Jésus ! Étonnant ministère, mais que le Baptiste a totalement accepté et dans lequel il trouve sa joie, comme il le dira plus tard : « l’ami de l’époux se tient près de lui et fait ce qu’il lui dit. Et toute sa joie est d’entendre la voix de l’époux.

  • Bien-aimés, puisque vous savez que lui, Jésus, est juste

    La lettre de saint Jean contient quelques-unes des paroles les plus percutantes de l’Ecriture Sainte. D’un côté, il appelle ses fidèles à une vie exemplaire de charité et d’amour mutuel. Il n’aura de cesse de le répéter sur tous les tons. D’un autre côté cependant, il fait éclater toutes les frontières connues entre croyances.

  • Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste

    La fête de la Sainte Famille nous permet d’entrer plus profondément dans le projet de Dieu à travers la naissance de Jésus. Le récit de la Genèse nous parle du Grand projet de Dieu : faire de toute l’humanité une grande et seule famille. Ce fut la destinée d’Abraham, et Dieu put commencer ce projet grâce à la justice, à la foi qu’Abraham avait en lui. Premier miracle, suivi de la naissance d’Isaac.

Page 9 sur 9« Première page...56789